Lorsque de mes écrits ou de mes propos et actes, vous en interprétez uniquement selon votre propre état interne qui souvent est un lieu de perpétuel jugement et conflit, un endroit de mal être constant où votre propre bien –être est mal canalisé, mal assumé, pour me faire signifier clairement ce que je n’ai ni écrit, ni dit, ni fait, en ce lieu, pour me causer des torts ; sachez-le, qu’au même endroit je me retrouve obliger à mettre des limites et vous faire comprendre l’origine principale de mes pensées. Car c’est une lourde responsabilité de me faire porter votre façon de voir.

Je n’ai pas besoin de déformer mes émotions, mes sentiments, mes propos et actes, je suis en phase réelle avec moi-même pour dire, écrire et faire simplement ce que je veux. Je suis naturelle et spontanée:

- Quand j’aborde un sujet lié au sexe, cela ne veut pas dire que je suis en train de t’inviter toi qui es en train de me lire à avoir des rapports sexuels avec moi.

- Quand j’aborde le sujet sur la mutilation génitale féminine, cela ne signifie pas que je suis une femme excisée, etc.

- Quand j'aborde le sujet sur la prostitution, cela ne signifie pas que je suis une prostituée.

- Quand je parle de la communication non violente des couples et l’épanouissement des partenaires, cela ne veut pas dire que je vis mal dans mon couple ou bien je suis à la recherche d’un partenaire.


- Quand je doigte le mal grandissant au sein de nos sociétés humaines cela ne veut pas dire que je suis en train d’ironiser ou de mépriser qui que ce soit...


Arrêtez de m’associer absolument au sujet que j’aborde en public ; je présente un message ou j’apporte une information ; mais je ne suis ni le message, ni l’information. (Même s'il s'agit d'un maquillage sensuel sur mes lèvres que je représente en tant que modèle ou présenté en tant que maquilleuse).

Surtout que j’ai principalement comme train de caractère de dire exactement ce que je pense, je sais parfaitement distinguer l’affirmation et la négation, je sais aussi très bien dire MOI, JE. Par exemple:
- C’est moi qui ai fait.
- Je refuse ta proposition
- Je veux t’écouter
- Je n’aime pas ta tête
- Je déteste cette chanson
- Je t’aime, passionnément à la folie
- Je ne veux pas avoir une relation de sexe
- Je veux baiser
- Absolument il me faut cette lingerie
- Cette robe est divine

J’ai du mépris pour des personnes ironiques et qui dénigrent les autres

J'ai la haine pour l’interprétation qui octroie le mauvais sens à l’observation pour en faire une vérité absolue. 

- J'ai horreur des personnes qui prennent les autres d'en haut.
- Je ne supporte pas l’injustice, la maltraitance
- Je veux manger du snickers
- Je n’aime pas la viande
- Je me raffole des fruits...
Voyez- vous je n’ai pas besoin de me déguiser autrement : c’est très mal me connaitre.


Continuons


Quand je félicite, c’est uniquement pour encourager, prendre l’essentiel bien en l’autre, ou son travail et mettre en valeur pour que cela continue ; cela ne veut pas dire que je place l’autre sur un piédestal absolu, qu’il n’est qu’ainsi et que je le vois supérieur à moi toute inférieure: c’est faux. Ainsi vis - versa quand l'autre me complimente... 


Pendant que nous y sommes


Je suis très loin d’être une sainte-ni-touche.
Cependant vouloir coucher avec moi, en passant par mes activités professionnelles ou par une sorte d’amitié déguisée pour explorer mon cul et ma chatte:

- C’est insulté mon intelligence.

- C’est sous- estimé mes efforts, mes combats le long des ans.

- C’est vouloir m’éloigner de mes principes et mes objectifs en somme embrouiller mes visions d'entreprenariat et de femme - mère.
- C’est méprisé et dénigré ma féminité

- C'est piétiné ma dignité et m'oter tout espoir pour un lendemain meilleur
- C’est me manquer de respect en tant qu’humaine.
Je ne peux avoir que de la haine suivi de l’in considération pour des individus qui posent un tel regard sur ma vie de femme et mon travail et qui sont incapables de dissocier les deux.

Approfondissons 

Mon lieu d’activité professionnelle est un lieu où principalement, je vends le calme, la détente et la relaxation, c’est un lieu où l’on magnifie des matières pour faire jaillir leur utilité, leur originalité et leur beauté et nous les présentons en tant que tel dans nos locaux afin de les mettre en exergue, j’exerce dans un secteur des métiers de luxe : qui respecte des critères spécifiques et exigeants, de savoir-être, de savoir-vivre et surtout de savoir-faire. 
Ce n’est pas un lieu de vagabondage sexuel ; cela n’est pas un lieu de tension où doit régner une ambiance houleuse et des conflits, ce n’est pas un lieu d’étalage des émotions et sentiments familiaux ou amicaux.
Il y a des heures réservées à la famille et aux amis et il y a des heures exclusivement réservées au travail. Et ce n’est pas par ce que le bisness m’appartient qu’il faut être négligeant, au contraire vous avez la mission première d’y veiller autant que moi; pour ceux et celles qui en sont incapables, je ne veux pas de vous dans mes paramètres d’existence. Que nous sommes liés par le lien du sang ou pas.


Que je sois comprise ou pas, c’était comme ça, c’est comme ça, ce sera ainsi, tant que je vivrai et même au-delà de l’éternité j’y veillerai.


J’ai mes propres insuffisances, mes limites, mes propres conflits intérieurs, que je dois gérer aux quotidiens à tout instant afin d’être en phase avec moi-même et mes différents collaborateurs : clients, partenaires, etc. Je ne suis jamais allé sur votre profil face book ou en votre lieu de travail ou à la maison chez qui que ce soit pour étaler mon mal-être ou mon bien – être de trop ou de moins pour vous imposer une reconsidération dans l’organisation et la gestion de votre vie privée ou professionnelle ou vos biens. En toute conscience j’ai le devoir envers moi-même de veiller sur mes activités et mon lieu de travail.

Derniers points


La solitude est principalement ce qu’il me faut pour l’ensemble de mes activités que j’exerce. Comprenez ceci une bonne fois pour toutes ; comme vous vivez certainement c’est bien, comme je vis certainement c’est aussi bien parce que c’est mon choix pour mes forces et faiblesses pour mes défauts et qualités c’est ce qu’il me faut, je me nourris de la solitude et je ne vous demande pas d’être amoureux ou amoureuse de ma façon hors norme d’être, combien cela vous paraît bizarre, je vous demande seulement de ne pas en faire tout un plat au point de me saouler longeurs des moments que nous partageons ensemble; car malgré tout j’ai la psychologie d’un être humain: c'est désagréable.


Si j’ai opté, pour la non-violence, la communication en toute coopération, le bien –être, l’esthétique, la paix. Cela ne signifie pas que je suis Gandi, ou Mère Theresa, ou Jésus de Nazareth… Je demeure Artowa avec mes caractères.

Dakar, le 28 octobre 2017

13h58

arto