Plume libérée, âme délivrée.

28 novembre 2018

Introduction de "LES LARMES D'UNE ÂME"

En 2007 à Dakar, quelqu’un m’avait dit : « Si tu continues, d’être comme tu étais au lycée, en 1999 tu pleuras toute ta vie »,  hors en 2004, plutôt en vacance dans la même ville, un autre m’avait souligné : « qu’il est malhonnête de vouloir être honnête dans un monde malhonnête ». Le long des ans, ces phrases m’ont tellement interpellés, elles ne m’ont jamais quitté, en aucun instant !!! Au bout de compte, j’ai compris que chaque être humain redonne à la vie ce que les autres déposent en lui et très souvent en pire;  qu’il est rare de trouver des personnes  qui malgré les expériences glorieuses ou fâcheuses de l’existence demeurent intactes : c’est-à-dire disponibles, innocentes, prêtes à entamer des nouvelles rencontres, à goûter des nouvelles expériences, etc.

 L’être humain se lasse de la vie, se mut dans  une carapace composée des préjugés, de la  susceptibilité déplacée, où il n’y a plus lieu de se vouer à l’expérience d’accorder la confiance et permettre à l’autre de prouver, s’il mérite ou pas sa confiance. En l’occurrence, autant que la foi à la vie, est morte en lui ; l’être humain veille à ce que cette foi en aucun cas prend naissance et germe chez l’autre, une occasion d’assommer les ambitions et fracasser des rêves, détruire l’espoir ; et nous y voilà face à un monde tout  gris, remplit des aigris, qui selon les opportunités paraissent excessivement  enthousiasmes de leurs traits quotidiens :providence et fatalité de constater, combien l’hypocrisie, la malhonnêteté, le mensonge, etc. gouvernent notre existence. Alors !!! Dans un tel monde, le moi : artiste, comment faire pour conserver cette innocence qui n’a pour vecteur  principale que forte intuition, qui en dehors des rencontres humaines, me nourrit et m’aide à m’ébahir spontanément aux situations de la vie qui au retour me permettent de laisser nul indifférent  en contact de ces œuvres que mes mains palpes longueurs des heures, des jours ; avec cette profonde passion  qui au bout de patience enfin signifier, aussi mon être? Comment faire ?

C’est ainsi  sous ma plume a vu le jour : « LES LARMES D’UNE ÂME ».

« Les larmes d’une âme »,  est  la désolation que nombreuses rencontres m’ont infligés, aussi bien en amitié qu’en amour, malgré ma franchise, ma sincérité, ma fidélité, ma loyauté et ma ténacité…

Même si d’après Birago Diop : « les morts ne sont pas morts ».

Quand même « Les larmes d’une âme » c’est aussi cette douleur  poignardant de voir une âme s’envolée au pays du non-retour ou bien lorsque l’ombre d’assassinat massif couvre  les cieux et inonde toute une ville, un pays des morts.

« Les larmes d’une âme »  c’est surtout la reconnaissance d’être toujours en vie, malgré les terreurs et avec espoir de voir encore fleurir un monde meilleur.

Je dédie :

Les larmes d’une âme à nos enfants pour nos aïeux au nom de ses traditions africaines qui dans une perspective moderne méritent d’être défendues : En Afrique la vie est sacrée : ne l’oublions jamais.

écrire artowa2500 FCFA LE RECUEIL: +221779698010 ou écrire à artowalmm@gmail.com

 

 

 

Posté par ARTowa à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2018

Introduction de "LES LARMES D'UNE ÂME"

En 2007 à Dakar, quelqu’un m’avait dit : « Si tu continues, d’être comme tu étais au lycée, en 1999 tu pleuras toute ta vie »,  hors en 2004, plutôt en vacance dans la même ville, un autre m’avait souligné : « qu’il est malhonnête de vouloir être honnête dans un monde malhonnête ». Le long des ans, ces phrases m’ont tellement interpellés, elles ne m’ont jamais quitté, en aucun instant !!! Au bout de compte, j’ai compris que chaque être humain redonne à la vie ce que les autres déposent en lui et très souvent en pire;  qu’il est rare de trouver des personnes  qui malgré les expériences glorieuses ou fâcheuses de l’existence demeurent intactes : c’est-à-dire disponibles, innocentes, prêtes à entamer des nouvelles rencontres, à goûter des nouvelles expériences, etc.

 L’être humain se lasse de la vie, se mut dans  une carapace composée des préjugés, de la  susceptibilité déplacée, où il n’y a plus lieu de se vouer à l’expérience d’accorder la confiance et permettre à l’autre de prouver, s’il mérite ou pas sa confiance. En l’occurrence, autant que la foi à la vie, est morte en lui ; l’être humain veille à ce que cette foi en aucun cas prend naissance et germe chez l’autre, une occasion d’assommer les ambitions et fracasser des rêves, détruire l’espoir ; et nous y voilà face à un monde tout  gris, remplit des aigris, qui selon les opportunités paraissent excessivement  enthousiasmes de leurs traits quotidiens :providence et fatalité de constater, combien l’hypocrisie, la malhonnêteté, le mensonge, etc. gouvernent notre existence. Alors !!! Dans un tel monde, le moi : artiste, comment faire pour conserver cette innocence qui n’a pour vecteur  principale que forte intuition, qui en dehors des rencontres humaines, me nourrit et m’aide à m’ébahir spontanément aux situations de la vie qui au retour me permettent de laisser nul indifférent  en contact de ces œuvres que mes mains palpes longueurs des heures, des jours ; avec cette profonde passion  qui au bout de patience enfin signifier, aussi mon être? Comment faire ?

C’est ainsi  sous ma plume a vu le jour : « LES LARMES D’UNE ÂME ».

« Les larmes d’une âme »,  est  la désolation que nombreuses rencontres m’ont infligés, aussi bien en amitié qu’en amour, malgré ma franchise, ma sincérité, ma fidélité, ma loyauté et ma ténacité…

Même si d’après Birago Diop : « les morts ne sont pas morts ».

Quand même « Les larmes d’une âme » c’est aussi cette douleur  poignardant de voir une âme s’envolée au pays du non-retour ou bien lorsque l’ombre d’assassinat massif couvre  les cieux et inonde toute une ville, un pays des morts.

« Les larmes d’une âme »  c’est surtout la reconnaissance d’être toujours en vie, malgré les terreurs et avec espoir de voir encore fleurir un monde meilleur.

Je dédie :

Les larmes d’une âme à nos enfants pour nos aïeux au nom de ses traditions africaines qui dans une perspective moderne méritent d’être défendues : En Afrique la vie est sacrée : ne l’oublions jamais.

écrire artowa

2500 FCFA LE RECUEIL: +221779698010 ou écrire à artowalmm@gmail.com

 



Posté par ARTowa à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2018

Saveur d'un jour spécial! Artistiquement poétesse!

Et toi lecteur;

Si je te demande d'être penseur.

Qu'est ce que tu en dis en qualité d'interlocuteur? 

Il y a des jours sans odeur;

Il y a des jours sans couleurs,

Il y a des jours sans amours,

Il y a des jours à contre sens, sans humour;

Puis il y a des jours sans humeur;

Aussi il y a des jours aux heures sans lueurs,

Même si on ne se veut pas tricheur;

Il y a des jours non - rieurs;

Avec d'invisibles catalyseurs;

Puis on se demande quel message veut passer le créateur;

Pour ce jour non - loueur; ?

Puis il y a des jours comme ça non - enchanteurs!

Mais tout simplement sauveurs;

Au bonheur de ceux qui savent comprendre entre les lignes en toute saveur.

Et finalement on continue de dire MERCI SEIGNEUR. 

 

11

Posté par ARTowa à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Délicatement poétesse

Éloigner de nos efforts ces souillures
Qui par inadvertance marquent notre cœur 
Qui s'y gravent telle une soufflure!

Où notre dévouement à votre égard ;
Découle de la dévotion.
Cette délicatesse! Juste un peu de pudeur.
Alors vous verrez dans notre regard :
-Tant d’allégresse, qui vous éloigne de la malédiction
-Davantage de calme qui vous évite notre froideur.
-Manifestation de sagesse pour préserver l'admiration

juste un peu de pudeur!
Au nom de nos engagements quotidiens, agréeurs
pour ces combats acharnés, toutefois louables
de ces expériences d'âge; don du Dieu charitable
Je vous en prie 🤲🏿:comparez le comparable.🙏🏿

De la pudeur; pour vos mots et actes
De la pudeur par diplomatie et tact
De la pudeur car source de bénédiction
De la pudeur, pour une meilleure cohabitation
De la pudeur pour une exacte conciliation!

😍 www.artowa.net 😘

Dakar; 17 novembre 2018

15 absolument

Posté par ARTowa à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Préface de Sylvie L Cluzel; "LES LARMES D'UNE ÂME"

Âme sensible, meurtrie par la vie, inondée par des larmes qui l’envahissent depuis tant d’années…l’esclavagisme, le pouvoir des hommes, la soumission, la décadence, l’abandon des valeurs humaines, l’abnégation….

Libère tes « Mains Magiques » pour atteindre le sommet de ton Art, de ton âme, par tes mots, ton pinceau, ta plume, ton grand cœur, ton humour, ta détermination, ton espoir….

Conserve cette âme pure, laisse couler les larmes du bonheur, éloigne - la des âmes impures et destructives…

Belle âme ! sincère et profonde, qui par sa puissance saura dissoudre les graines de la violence pour un « Monde Meilleur », pour une « Afrique unie et paisible », un des continents les plus riches en âmes de notre planète….

 

Sylvie Llach Cluzel

1

Présidente de LAA

Amoureuse de l’Afrique

Née à Dakar le 29 mars 1960

Posté par ARTowa à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 novembre 2018

"LES LARMES D'UNE ÂME" Une brève présentation

Grande et profonde fût ma joie de saisir entre mes mains mon second recueil des poèmes "LES LARMES D'UNE ÂME"; qui dorénavant détermine l'évolution d'une série des mini - recueils; où je m'engage à l'auto édition des différents épisodes... L'une de mes toiles en art plastique tapisse les premieres de la couverture; cette image sciemment choisie, en parfaite adéquation avec le thème pour illustrer le nom du recueil qui fait allusion aux larmes d'une âme face à la cruauté de ce monde; en voici aussi principalement le thème autour duquel évoluent les dix poésies qui composent ce recueil; puis lorsqu'on ouvre le recueil la deuxième page présente la table des matières; s'en suivent mes remerciements à la troisième page, à l'attention de ceux qui achètent, lisent et propagent à travers la planète mes poésies en mon nom. Le recueil de poèmes "LES LARMES D'UNE ÂME" se pronnonce davantage par une préface de Sylvie Cluzel à la page 4 où ses mots soulignent,  précisent, comment elle perçoit l'artiste que je suis.... A la page 4; vous touverez une introduction qui explique ma motivation de structurer le second épisode de cette série des mini - recueils de poèmes autour d'une thématique douleureuse, suffisament mélancolique, toutefois avec plein d'espoir vers la fin soit de chaque poésie et/ou à la fin du recueil. Enfin les quatrièmes de la couverture; rappelle ma biographie par Daouda Gaye.  

Le recueil est à 2 500 FCFA soit 4 euros + le frais de transport si vous habitez hors de Dakar! Vous pouvez réaliser des achats groupés! Avec d'autres personnes du même pays ou ville que vous, afin de supporter le frais du transport et du transfert d'argent; tout comme vous pouvez achetez en plusieurs pour offrir autour de vous! 

 

Toutes mes sincères affections pour l'unité et la paix en Afrique.

La véritable paix est universelle

Artowa

 

 

IMG_20181109_155950_6

Posté par ARTowa à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

il se peut que ce n'ait ni l'un, ni l'autre ni entre les deux

être juste

                                     La sagesse demeure ce don où l'existence nous en dispose sans mesure, sans fin...

 

Artowa

Dakar, 10 juin 2018

6h20 mn

Posté par ARTowa à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2018

Au nom de l'amour

au_nom_de_l_amour

Posté par ARTowa à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quantique d'Afrique

QUAntik_d_afrik


Ce qui est beau c’est l’éternelle existence
Ce qui est beau c’est la conscience d’une infinie subsistance 
Ce qui est beau c’est la foi qui fait jaillir une confiance
Ce qui est beau c’est le souvenir des moments conciliants en toute conscience
Ce qui est beau c’est la difficulté qui se mêle à la souffrance
Ce qui est beau c’est quand la main invisible refait surface 
Ce qui est beau c’est la masse d’individus qui prend acte à l’édifice 
Ce qui est beau sont les dons, que m’as-tu fait grâce
Ce qui est beau, est mon âme qui te loue pour des siècles et des siècles
Ôôôôôô interminable Sagesse 
Ce qui est belle et bien beau est ta bienfaisance. 
Je ne suis que, pour goûter à ta source.


ARTowa,

Pour l'unité et la paix en Afrique; la véritable paix est universelle

Dakar 2011

Posté par ARTowa à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prière d'une femme noire

prière

Prière d'une femme noire

Aux épisodes de sa vie noire

Tout comme le cheminement d'un tunnel obscure
où n'hasarde même point une moindre lumière
Mais qui persiste à lutter contre les idées sombres
qui en flot courtisent son esprit au profit d'une ambiance lugubre
Seigneur que triomphe ta gloire
L’Éternel de ton alliance, je demeure
L'essence de mon essentiel, 
Mon âme, qui n'autre guerre
Pourra appartenir à ces heures!
Fait de mes larmes cette rive 
Dont les vagues me transporteront à ton infinie grâce
Revêt moi encore de cette force
Dont le mystère t'appartient en toute sagesse
Pour que je puisse faire face
A ces jugements qui me surpassent 
Hélas! Et qui ne ravivent point mon esprit, je me lasse.
Reçoit mes rancœurs, rancunes et fait moi justice
Si courte, légère la vie terrienne, que tu nous accorde tel un flambeaux
En cet espace d'existence où ta source  est ma subsistance
Qu'il m'est si pesant de supporter tous ces fardeaux
Dieu libère moi, je griffonnerai encore pour glorifier ta magnificence 
Dieu de grâce, Dieu d'amour, Dieu de paix merci de recevoir ma prière.
Ainsi soit - il.
Artowa pour l'unité et la paix en Afrique, la véritable paix est universelle.
Dakar, 5 mars 2018
14h00mn 

Posté par ARTowa à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]